Domotique : test des ampoules connectées Philips Hue White&Color

La domotique est l’art d’intégrer de la technologie dans notre habitat. Vous vous en doutez, c’est une idée qui a de quoi me séduire. Le Black Friday (journée américaine de soldes massives, concept qui arrive en France depuis 2 ans), j’ai craqué pour un kit d’ampoules connectées. Avec un recul de plus d’un mois, voici mon avis sur la question.


Le matériel

Je suis donc en possession d’un kit de démarrage Philips Hue White & Color. Ce kit contient 3 ampoules et un boîtier à brancher sur sa box internet. Les ampoules ressemblent trait pour trait à des ampoules standard et s’adaptent sur n’importe quel luminaire (plafonnier ou lampe d’appoint). Le boîtier présente un gros bouton pour connecter les ampoules, quelques diodes pour afficher l’état de connexion et deux prises pour l’alimentation et la connexion éthernet.

La fonctionnement

Après avoir remplacé 3 de mes ampoules traditionnelles chez moi par des Hue, la connexion est simplissime. Il faut les allumer classiquement, grâce à l’interrupteur de la pièce, et suivre la procédure décrite par l’application smartphone que vous aurez préalablement téléchargé.

En quelques minutes, vous pouvez piloter vos ampoules depuis votre smartphone : allumer ou éteindre la lumière, mais aussi faire varier l’intensité ou la température de la lumière (plutôt orangé pour les tons chaud, plutôt bleu clair pour les tons froids) et même enfin la couleur (vert, rouge, bleu, rose, violet, tous les nuances qui vous plaisent).

L’effet est saisissant, et si la gestion de la lumière pour l’ambiance chez vous fait parti des choses auxquelles vous êtes sensible, vous serez sans aucun doute conquis. Il y a plus : l’intégration des ampoules Philips Hue au protocole HomeKit de Apple vous permet de contrôler vos ampoules à la voix avec votre iPhone ! En un coup de « Dis Siri, éteins la lumière du salon », vous vous retrouvez dans le noir, prêt à regarder votre film sans même avoir bougé du canapé (Qui a parlé de flemme ?).

Qui dit domotique dit automatisation. Il est alors possible de configurer la lumière de sorte qu’elle s’allume automatiquement (et crescendo) dans votre chambre à l’heure du réveil (je ne m’en passe plus) ou bien que toutes les lumières s’éteignent lorsque vous sortez de votre maison (basé sur le GPS de votre téléphone).

De nombreuses applications tierces (c’est à dire pas développées par Philips eux-mêmes) vous permettent de varier à l’infini les possibilités de vos ampoules : un flash quand vous recevez une notification Facebook, synchroniser la lumière avec la musique ou le film, ou bien même simuler un orage (ce qui est un excellent prétexte pour se réfugier sous la couette).

Alors, verdict ?

L’utilisation des ampoules Philips Hue au quotidien est un plaisir de geek. Au départ, on s’amuse beaucoup à créer un tas d’ambiances différentes mais à l’usage, les utilisations tournent un peu en rond. Le plus gros problème vient pour moi de la nécéssité de s’affranchir des interrupteurs de la maison : si vous éteignez la lampe avec l’interrupteur, l’ampoule ne reçoit plus d’électricité, elle n’est plus connectée, vous ne pouvez plus la piloter à distance. Ce n’est pas non plus une évidence que de se balader avec son smartphone en main dès qu’il faut éteindre ou allumer une lumière, on perd plus de temps que ce qu’on en gagne, et puis les habitudes d’appuyer sur l’interrupteur sont difficiles à perdre.

Philips a quand même fait les choses bien : les ampoules remplissent extrêmement bien leur fonction : ce sont de très bonnes ampoules durables, qui s’allument et s’éteignent tout à fait classiquement (ce sont avant tout des ampoules classiques, bien qu’un peu chère si on se limite à cette utilisation) et de très bonnes ampoules connectées par leur potentiel d’automatisation et de variabilité de lumière. Philips propose de palier au point faible des interrupteurs par divers accessoires : un capteur de présence et deux télécommandes. A tester !

Je pense que le vrai problème vient du fait que l’installation électrique des maisons n’est tout simplement pas pensée pour cela. Un interrupteur connecté à la place d’un classique, qui permettrait d’allumer et d’éteindre l’ampoule sans en coupant l’alimentation, ferait disparaître ce problème (mais rendrait incompatible les ampoules classiques). C’est pour cette raison que je préfère mettre ces ampoules là sur des luminaires d’appoint, que j’allume plus par souci d’ambiance (que je peux du coup personnaliser à souhait) que par nécéssité de lumière. Et dans cette utilisation, je ne peux plus m’en passer.

La domotique émerge doucement pour le grand public, les tarifs baissent et les avancées semblent en tout cas prometteuses ! Je vous déconseille ce kit hors soldes (200€, c’est un peu exagéré). De nombreuses réductions se trouvent maintenant un peu partout. Il est tout a fait possibles d’enrichir ensuite son installation Hue avec d’autres ampoules achetées à l’unité, avec plus ou moins de fonctions (on/off, température,couleur).

J’espère que ce petit test vous a plu, je vous retrouve mardi pour une nouvelle MinuteScience, bon début de semaine à tous !

A très bientôt

3 Comments on "Domotique : test des ampoules connectées Philips Hue White&Color"

  1. C’est vachement bien mais beaucoup trop cher ! En tout cas, merci d’avoir « éclairé » ma lanterne ! Bisous.

    • J’ai pu trouver le pack à moitié prix, ça valait le coup ! Même si ça reste cher, ça me faisait de l’œil depuis bien longtemps !
      Bisous !

  2. Tu as bien fait, il faut se faire plaisir, et à moitié prix ça valait le coup.
    Bisous !

Laisser un commentaire